Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Floria

Articles récents

Confinés

27 Mars 2020 , Rédigé par Floria

J'espère que vous allez tous bien.

En ce qui me concerne, j'arrive à m'occuper en dessinant ou en jouant avec mon fils.

Mais c'est looong ...

Heureusement, pour nous occuper, Pénélope Bagieu a organisé un petit jeu ou chacun est libre d'imaginer son lieu de confinement idéal.

Voici ma participation :

​​​Un autre petit dessin fait en l'honneur d'Uderzo, décédé mercredi 24 mars :

J'aime Astérix autant que Sonic, ce personnage aura fait intégralement parti de mon enfance.

J'ai du dessiner 267 Idéfix petite et j'ai du lire 21399 fois mes albums offerts en héritage par ma maman.

Je rigolais jusqu'à m'étouffer à chaque lecture, j'ai été choqué lorsque j'avais appris que les auteurs disaient que leurs personnages étaient "moches" alors que je trouvais Astérix plutôt mignon malgré son gros nez.

J'ai passé tout mes Noëls devant les adaptations de cette BD en dessin animé.

Les personnages n'étaient pas manichéens car les gaulois avaient autant de défauts que les Romains.

Il n'y avait pas vraiment de méchants ou de gentils au final.

Bref, même si j'ai eu du mal avec les critiques de Monsieur Uderzo avec les mangas (Le Ciel lui tombe sur la tête), ça fait chier !

 

Lire la suite

Sonic le film, ma critique !

16 Février 2020 , Rédigé par Floria

Chose promise, chose due ! Après avoir polémiqué durant des mois sur la sortie de ce film, sortie qui avait été repoussée suite à la révélation de la tronche démoniaque du hérisson, mais qui a été modifiée depuis (ouf !), voici ma critique du film après visionnage de ce dernier dans une salle bondée de trentenaires !

Et disons que je suis plutôt mitigée, car comme j'avais pu le prévoir, on a effectivement le droit à une histoire d'amitié entre ce hérisson, tout droit venu d'une autre dimension, et un humain à la con. Histoire d'amitié dont je me foutais royalement, au passage ! 

Cependant, j'ai beaucoup aimé les (très) nombreuses références a la licence officielle, ainsi que les personnages d'Eggman et de Sonic. Retrouver deux icônes de mon enfance dans un même film a été une bonne surprise au final. On va dire que c'est du 50/50 niveau déceptions et satisfactions. 

Maintenant, passons aux SPOILS ! Car il est difficile de donner un avis objectif sans spoiler un peu : 

Déjà, nous avions un début de film très prometteur où on nous présente le passé de Sonic ! Car aussi étonnant que cela puisse paraître, son passé n'a jamais été dévoilé dans les jeux. On apprend donc que ce dernier a été élevé par une chouette (WTF) et que cette dernière lui demande de cacher ses pouvoirs.  Mais Sonic n'en fait qu'à sa tête et nous pouvons ensuite apercevoir une armée d'échidnés attaquer le hérisson bleu et sa maman de cœur. Pourquoi ? Ben sachez qu'on n'en saura pas plus de tout ce putain de film ! Car évidement, la relation entre Sonic et un humain était bien plus importante à développer que le reste ... (coucou "Sonic X").

Dommage ! Et puis ces échidnés sont évidement une référence à "Sonic Adventure 2", il y aurait eu beaucoup de choses à développer concernant le monde de Sonic où ce dernier n'est apparemment pas le bienvenu !

On apprend ensuite que la bestiole est obligée de se cacher du monde des humains durant des années, et qu'il se sent bien seul. Sa seule consolation étant d'espionner un Shérif et sa femme. Mais heureusement qu'il peut utiliser les anneaux afin de retourner vivre dans un monde de champignons (ressemblant étrangement à celui de Sonic 3) en cas de force majeure.

Mais un jour Sonic dévoile par erreur ses pouvoirs à Green Hill Zone (référence) ! Ha oui, on apprend aussi que le Shérif doit déménager afin de pouvoir prendre un poste plus important, et que ça ne plaira pas au hérisson pour une raison qui m'a échappé. Mais c'est pas important. 

Trop de références sur cette image !

Non, car ce que j'ai bien aimé, c'est évidement le moment où le Docteur Robotnik fait son apparition ! Il sera d’ailleurs très vite nommé Eggman par Sonic (ce qu'équivaut à une insulte dans l'univers des jeux), et il faut bien avouer que Jim Carrey joue son rôle à la perfection ! Même si il ne peut évidement pas s’empêcher de faire des références à ses anciens films vu qu'il surjoue son rôle de vilain pas bô qui veut faire du mal à un hérisson tout mignon. Oui, Sonic est mignon dans ce film ! Et j'avais un sourire béat qui s'affichait sur ma tronche à chacune de ses apparitions. 

C'te bouille à peluches vendues un milliard !

Robotnik est donc convoqué par les forces de l'ordre afin d'enquêter sur les phénomènes étranges que Sonic à provoqués malgré lui, même si il reste un fou dangereux aux yeux des autres humains. Mais on s'en fout, car il a 300 de QI, et lui seul est en mesure d’enquêter sur une étrange bestiole venue d'une autre planète (WTF bis).

Et dès que le méchant de service apprendra l’existence de Sonic, ce dernier ne cessera pas de le poursuivre afin de le capturer mort ou vif dans le but de faire des expériences sur cette créature aux pouvoirs phénoménaux. Pouvoirs qui pourraient bien servir pour ses robots maléfiques (j’espère que son lait l'est aussi. Recherchez pas, c'est une référence à un des nombreux dessins animés).

Eggman reste drôle malgré le fait qu'il soit un manipulateur et un connard notoire, comme dans les jeux.

Bref, on aura le droit à pas mal de courses poursuites entre Sonic et Robotnik, et c'est en partie ces dernières qui sauvent le film ! Car les passages où le Shérif s'amuse avec son ami hérisson, les rencontres avec divers humains plus ou moins étonnés de voir un hérisson bleu géant, ainsi que le fameux cliché du malentendu entre nos deux héros, sans parler des gags lourds destinés au petits n'enfants, étaient très inutiles à mes yeux ! 

Ce n'est malheureusement pas demain que les fans auront le droit à une adaptation sérieuse de l'univers de Sonic. 

Quant à la bataille de fin, je l'ai trouvé bien fun, car nous avons le droit à un Sonic badass au possible qui combat ENFIN le docteur Robotnik grâce à ses pouvoirs ! Au final, notre héros bleu décide de bannir le méchant scientifique dans le monde champignon, les résidents acceptent la présence de l'extraterrestre et le shérif fini par adopter officiellement Sonic ... et fin !

Enfin, presque. Car nous avons le droit à un générique tout en pixel avec un petit Sonic sorti d'une console Méga Drive qui court dans les niveaux du film. Et surtout, nous pouvons voir Eggman qui tente de survivre dans ce nouveau monde et .... attention GROS SPOIL ... Tails ! 

Il est aussi chou que l'original en plus de garder sa voix officielle !

Vouiiii ! Un de mes vœux concernant ce film a été exaucé et ce petit renard fait une apparition à la toute fin ou nous apprenons qu'il est à la recherche de Sonic pour une raison que l'on ignore. Ça sent fichtrement la suite ! 

Car Sonic a tout de même envoyé Robotnik dans son monde en pensant naïvement que celui-ci est vide d'habitants, et connaissant le personnage et son obsession pour la robotisation des animaux, ainsi que la capture des émeraudes du Chaos dans les jeux, on sent qu'il va pas mal foutre la merde si suite il y a. Surtout qu'un certain Knuckles est censé y résider et garder une Master Emeraude très convoitée. 

Et puis d'où vient réellement Sonic ? Ils voulaient quoi les échinés du début ? Sonic va-t-il retourner dans son monde originel ? Eggman va-t-il apprendre l’existence des émeraudes du Chaos ? Va-t-il tenter de conquérir le monde comme dans les jeux ? Les habitants vont-ils en vouloir à Sonic de leurs avoir imposé un savant fou ? Est-ce que d'autres personnages issus du monde de Sonic feront leurs apparitions ? 

Tant de questions qui restent pour le moment sans réponse ! Vivement la suite, si possible sans trop d'humains pour la pourrir !

Quoi ? J'ai le droit de rêver, non ? 

Lire la suite

Test Pokémon Lune

30 Janvier 2020 , Rédigé par Floria

Sorti en 2016, ce jeu fait parti de la célèbre licence Pokémon et à été développé par la Nintendo 3DS, console de jeux reçus par mon chéri pour Noël (et c'est évidemment moi qui y joue le plus 😁) 

Cela faisait des années que je n'avais plus joué à un Pokémon. Découvert pour la première fois en 1999, comme beaucoup de français, j'avais une quinzaine d'années lorsque le phénomène Pokémon à commencé à prendre de l’ampleur. Puisque c'était ringard d'y jouer à mon âge, les geeks de cette époque étant considérés comme des créatures inférieurs qu'il fallait à tout pris éliminer, je jouais en cachette afin de tenter de rester en vie. 

Puis j'ai fini par me lasser, à la fois par le jeu mais également par le dessin animé, la licence étant devenue beaucoup trop niaise et répétitive à mon goût. 

Enfin jusqu'à ce jour où j'ai eu envie de piquer d'emprunter le jeu "Pokémon Lune" que mon chéri venait de recevoir pour Noël. Et après avoir enfin terminé ce dernier, je vais vous dire ce que j'en ai finalement pensé. 

ATTENTION, ÇA VA SPOILER ! 

En ce qui concerne le gameplay, il reste dans la lignée de ce que j'ai pu connaître ado. On se balade d'île en île tout en appuyant frénétiquement sur le bouton "À" des que l'on croise un de ces petits cons de gamins, apprentis emmerdeurs dresseurs, qui traînent sur les routes que vous empruntez au cours de l'aventure. Cependant, une petite nouveauté apparaît en ce qui concerne la "Force Z", un pouvoir permettant à vos Pokémons d'attaquer avec style et puissance leurs adversaires, tels des supers guerriers de DBZ. C'est classe soit, surtout pour les "Kevin's kikoo" qui trouverons ces pouvoirs trop stylés, mais ces supers attaques sont malheureusement parfois autant inutile qu'une piqûre de moustique sur certains Pokémons. On se tape donc une cinématique assez longue pour un résultat parfois médiocre. Dommage. 

La difficulté globale du jeu est plutôt moyenne, car si on arrive un peu trop facilement à battre des gamins, Pokémons sauvages et autres adversaires un peu plus coriaces, on se retrouve en revanche vite pris au dépourvu une fois arrivé à la célèbre ligue pokémon ! Bordel qu'il était dur à battre ce con de boss de fin ! Et après avoir effectué une balade de santé tout le long du jeu, je me suis retrouvé face à une difficulté que je n'avais pas senti venir lorsque ce trou du cul se permettais de tuer certains de mes pokémons les plus puissants à l'aide d'une simple attaque ! Mais j'ai finalement fini par l'avoir ! Car si il y a bien une chose que Pokémon m'a apprise, c'est que la persévérance fini toujours par payer ! 

N'est ce pas, Sacha ?

Passons maintenant aux personnages ainsi qu'au scénario, comme pour les jeux Pokemons Rouge et Bleu, vous êtes un gamin d'environ une dizaines d'années qui vagabonde sur les routes d'Alola seul dans le but de devenir le meilleur dresseur de Pokemon sans jamais courir le risque de croiser un éventuel pédophile. Le monde de Pokemon restant soft ! Nous avons encore le droit à un personnage rival qui viendra vous faire chier vous défiez à chacune des ses apparitions. Et quel rival ! 

je vous présente Tili, enfant originaire de la première île sur laquelle on met les pieds : Tili est un môme un peu beaucoup hyperactif sur les bords qui passera tout le jeu à vous suivre, tout en sautant partout tel un lapin de garenne en période de reproduction. Son caractère, son sourire niai, ainsi que son côté bavard vous donneront encore plus envie de lui foutre des baffes que les anciens rivaux de la licence ! 

"Détestez moi !"

Je vais volontairement passer sur la description de quelques personnages secondaires afin de ne pas faire un article trop long et vous évoquer directement Lilie (ils n'étaient pas inspirés à Nintendo pour les prénoms des personnages). Lilie est une jeune fille timide propriétaire d'un étrange petit Pokémon qu'elle aura bien du mal à maîtriser. C'est le personnage qui aura la plus grande évolution du jeu, et je dois admettre que je l'aime plutôt bien, car je me suis beaucoup retrouvé en elle. 

Elle aura un des Pokemons les plus kawaii de Lune et Soleil dans le dessin animé, ce qui me fait une raison de plus de l'apprécier.

Je vais bien évidement également parler des "méchants", on est dans un jeu Pokemon, ne vous attendez donc pas non plus à en trouver de véritables, hein ! Car ils finirons plus ou moins tous à devenir "gentils" à la fin. 

Tout d'abord, nous avons la Team Skull, une bande de racaille qui font rien que d'embêter les honnêtes gens. Ils m'ont beaucoup fait marrer tout le long du jeu ! A chaque fois que le joueur va les croiser, ces derniers lui lanceront un truc du style : "Ouech ! Va-y, aboule ton sac ou sinon j't bute sa mère !" tout en effectuant une dance complètement ri-di-cu-le ! Bref, on découvrira évidement qu'ils ne sont pas aussi méchants qu'ils le prétendent. Et comme j'aime bien globalement les personnages de méchants, je peux vous dire que j'ai beaucoup apprécié le personnage de Guzma, le chef cette Team de débiles. 

Et pour terminer, nous auront le personnage de Elsa Mina, une bonne femme de quarante ans, qui en parait vingt de moins, et qui se vante de garder la ligne à son âge (elle est à la limite de l'anorexie) en plus d'être la présidente de la fondation AEther, une association prenant soin des Pokémons maltraités. Elle par contre, je la déteste ! reniant ses propres enfants, Elsa aime les rabaisser en plus de jouer avec les Ultras Chiméres, des pokémons venus d'autres dimensions, ce qui pourrait bien provoquer quelques petits soucis dans la région d'Alola. 

Bon j'en ai terminé avec les personnages principaux, quoi que je peux encore évoquer Gladio, un petit péteux qui se la joue sombre et mystérieux afin de faire plaisir au kikoolol qui joueraient au jeu. Bien que j'ai commencé à apprécier son personnage à la fin. 

Et pour finir, parlons maintenant aux musiques et graphismes. Sur ces derniers, je peux dors et déjà affirmer que je n'est rien à redire. Les couleurs sont chatoyantes et les graphismes plutôt jolis. Quant aux musiques, elles pètent sa grand mère ! Surtout durant les combats ! Et puis, que c'est agréable, en pleine période hivernale, de jouer à un jeu se déroulant l'été sur des îles inspirées par Hawaï. Le thème de départ me ferait presque penser à l'intro du Roi Lion. 

Un petit dessin réalisé par mes soins

En conclusion, je donnerai plutôt un 15/20 à ce jeu, car même si il reste loin d'égaler la licence Zelda, on passe tout de même un bon moment à y jouer tout en découvrant les zones cachées.

Mais ne nous emballons par, car même si il y a apparemment de plus en plus de trentenaires qui jouent à Pokémon, ce jeu restera encore et toujours destiné essentiellement aux enfants. Nous retrouvons donc les mêmes messages niais qu'il y a 20 ans, ainsi que des personnages tous gentils accompagnés de méchants pas vraiment méchants.

Ne vous attendez donc pas à un scénario plus sérieux, ainsi qu'à des personnages plus âgés (c'est également la raison pour laquelle Sacha ne grandira jamais). Et aillant grandit dans les années 90, je peux vous garantir que j'ai visionné des dessins animés extrêmement sombres, donc un Pokémon reste, à mes yeux, très soft malgré la volonté des scénaristes de nous offrir un univers varié avec de bonnes histoires bien sympathiques à suivre à chaque nouveaux jeux.

Mais ne boudons pas notre plaisir pour autant ! Car on s'amuse toujours autant, et je peux vous avouer que Pokémon Lune m'a donné envie de me procurer les autres jeux de la licence ! Au final, ces producteurs sont décidément très doués pour nous pousser à acheter leurs merdes ! Bref, le phénomène Pokemon, si on en croit les ventes ainsi que les articles de journaux considérés comme sérieux qui y sont consacrés, est encore loin de s'essouffler malgré le mécontentement des vieux fans ! 

 

Lire la suite