Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Floria

L'Arabe du Futur, tome 5, mon avis.

8 Novembre 2020 , Rédigé par Floria

Tout les deux ans c'est une BD que j'achète automatiquement. Et c'est avec plaisir que je me suis replongée dans le drame familiale qu'à vécu l'auteur au début des années 90 après avoir passé une partie de son enfance en Syrie.

Riad Sattouf, étant très productif, sort également un tome chaque année sur les aventures de Princesse Esther dans sa quête de la beauté et de la popularité à tout prix. Je dois avouer avoir eu plus d'empathie pour Riad qui doit apprendre à vivre et à grandir au sein d'une famille endeuillée par la "perte" du petit dernier, enlevé par son père. 

Le jeune homme aura justement du mal à s'intégrer dans son collège, sa double nationalité n'aidant pas, en plus de devoir affronter de nouveaux tourments familiaux ainsi que la dépression sévère de sa mère qui tentera de retrouver son fils coute que coute. Cependant, elle ne sera pas aidée par la justice française, loin de là. 

Ce que j'en pense.

ATTENTION ! Ca va spoiler un peu, ne lisez pas si vous souhaitez garder la surprise totale.

Déjà, j'ai eu le sentiment que l'histoire globale n'avait guère évolué, la dernière page m'aillant un peu frustré avec l'impression que l'auteur tente de faire durer un suspense déjà insoutenable à la base. Riad Sattouf devrait se reconvertir en réalisateur de séries pour Netflix.

Cependant, son personnage subis une construction psychologique très intéressante. En effet, l'absence du personnage du père, omniprésent dans les premiers tomes, permettra aux autres d'être plus approfondis. 

En premier lieu nous suivons donc Riad qui est maintenant au collège. Clairement traumatisé par le drame familial qui se joue au sein même de son propre foyer, bien qu'il tente de le nier, le jeune homme doit également affronter les tourments de l'adolescence. 

Et comme cela ne suffisait pas, il tombera également amoureux ! Ohlala, nous sommes bien de nouveau en France !

Cependant, contrairement à Esther qui ne sort qu'avec des beaux gosses, Riad s'intéressera à une fille suite à la découverte de sa personnalité. Et ça fait un bien fou de lire ça ! 

 

Enfin une relation non superficielle.

 

Bref, le passage de l'adolescence déjà mile fois évoqué par l'auteur et par les réalisateur de séries et films pour "teenager", on y retrouve encore et toujours les mêmes thèmes : la découverte de la sexualité, les bouleversements hormonaux, le besoin de trouver sa place parmi les populaires ect ... 

Mais ce qui change dans l'Arabe du Futur 5 par rapport aux autres, c'est le contexte dans lequel Riad évolue.

En effet, il essaiera d'aider tant bien que mal sa famille avec une arme qui permet de combattre bien des tourments : l'humour ! 

Le jeune Riad finira donc par découvrir le métier auquel il est destiné en s'intéressant de plus en plus à l'art tout en traversant plusieurs épreuves qui l'aideront à évoluer et à grandir. 

Le deuxième personnage approfondit sera sa mère, Clémentine. Complètement effacée dans les premiers tomes, cette dernière devra affronter une grosse dépression ainsi que la justice Française qui n'en n'a rien à foutre du crime commis par son ex. Ben oui, la fautive c'est forcément elle qui n'a rien fait pour empêcher le drame d'avoir lieu suite à son union avec un arabe. Vilaine ! 

 

Celle qui a été passive durant 4 tomes remet ses choix en question

 

Désespère, elle finira par se tourner vers l'obscurantisme religieux. 

Haaaa ... la religion ! Riad Sattouf adore l'évoquer dans ses récits alors qu'elle est encore et toujours un sujet autant tabou que le sexe de nos jours. Et pourtant, dans les deux cas on y pense souvent.

En effet, la religion reste bien souvent la dernière solution vers laquelle les gens désespérés finissent par se tournent lorsqu'ils ont perdu tout espoir.

Clémentine, à bout, consultera également une voyante pour tenter de trouver une issue positive au drame qu'elle a subis.

 

Pour m'être rendue une fois à Lourdes, je confirme ! Pire que dans un film d'horreur !

 

Etant moi-même agnostique je n'entrerai pas dans des débats stériles qui ne mettrons de toute manière jamais tout le monde d'accord en plus de générer des conflits à travers le monde. 

 

Tout à fait, cependant, je crains que ce passage ne soit que le déclencheur de polémiques à la con.

 

En définitive, un tome plus basé sur des interrogations sans réponses concrètes, sur l'adolescence ainsi que sur la religion, souvent pointée du doigt sans en avoir l'air. 

Nous avons en définitive deux peuples qui ne se comprennent plus avec des défauts et des qualités propres à chacun dans les deux camps. L'être humain et sa complexité restant décidément un sujet de choix pour l'auteur. 

Quand au papa, très présent au début, il n'est dorénavant plus qu'une ombre dans la vie du jeune Riad depuis qu'il a décidé de retourner dans le pays ou il est né.

Personnellement, je ne peux m'empêcher d'avoir parfois de la peine pour ce père de famille paumé malgré les horreurs que ce dernier a commises.

Il n'a finalement jamais su faire des choix censés pour sa famille, et ça finira forcément par lui retomber sur la figure à un moment ou un autre. 

Peut être que Riad Sattouf à créé "L'Arabe du Futur" dans le but de tenter de comprendre ce père qu'il n'arrivait plus à nommer "papa" durant une partie de sa vie ?

La suite et fin me donnera peut être les réponses à mes questions, en attendant, et malgré une légère déception, ce tome étant plus lent et s'attardant plus sur des réflexions adolescentes du genre : sera t'on puceaux à vie ? Comment ça fait d'embrasser une fille ? etc. … (m'en fou !), j'attend toujours autant la suite et surtout sa conclusion avec impatiente !

En espérant que les évènements finissent par réellement bouger dans le prochain tome, ce que je ne doute pas une seconde vu qu'il sera le dernier. 

Lire la suite