Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Floria

Articles récents

L'univers de Sonic et moi.

24 Mai 2020 , Rédigé par Floria

Lorsque mon défunt cousin m'avait fait part de son étonnement quant à mon obsession pour Sonic et son univers il y a des années, j'avais été incapable de répondre. 

Et encore maintenant, suite au visionnage d'un film qui a fait polémique, j'ai du mal à comprendre le renouvellement soudain de mon intérêt pour la bestiole bleu alors que ce dernier était au point mort depuis des années.

Je pensais que l'univers de Sonic ne m'appartenait plus et qu'il était maintenant réservé aux enfants, aux pervers attirés sexuellement par les animaux anthropomorphes ainsi qu'aux fans de Shadow. Mais je dois admettre que ces personnages fictifs font maintenant parti de ma vie et que j'y retourne à chaque fois ! 

"Comment ça à commencer ?" Me demanderez-vous ? Et bien c'était il y a très très longtemps ... je devais avoir 5 ou 6 ans au début des années 30 90 lorsque mes cousins m'avaient présenté un jeu "trop bien"  avec un hérisson bleu qui court à la vitesse de la lumière comme personnage principal. 

Lors de notre première rencontre, je n'étais pas très convaincue car Sonic ne ressemblait pas aux hérissons qui figuraient dans mes livres animaliers. Bref, je le trouvais ridicule ! Cependant, à contrario, j'aimais beaucoup le jeu.

Et puis, avec l'aide de mon frère, j'ai réussi à terminer "Sonic" sur Master System, et sans que je ne sache pourquoi, ça a été le coup de foudre après visionnage de ce générique de fin :

Je vous entend rire, les gosses ! Mais à mon époque, ce genre de chose pétait sa grand mère !

Ce hérisson que je trouvais ridicule est devenu extrêmement mignon et classe à mes yeux ! Si bien que j'avais fais une comédie du diable pour convaincre ma mère de m'acheter une des nombreuses peluches mises en vente en grande surface après la sortie de "Sonic 2".

Cette peluche était devenu mon nouveau doudou, celui d'avant (un lapin) ayant été bouffé par notre chien de l'époque.

Et puis les dessins animés sont arrivés, et tu les connais forcément, notamment pour leur qualités plutôt  ... discutable.

Les dessins sont "magnifaques" !

J'ai découverts comme beaucoup d'autres le premier qui s'intitulait sobrement "Les Aventures de Sonic le hérisson" et ma première réaction, après la joie d'apercevoir mon personnage fétiche à la TV, était : "Bordel, comment c'est trop moche !".

Je ne reconnaissais tout simplement pas les personnages du jeu : Tails, kawaii tout plein dans le jeu, était tout simplement affreux dans sa version animé, et Robotnik n'avait plus rien à voir avec sa version originale lui aussi !

Je ne serai moins sévère, contrairement à JDG, ou encore Tchoucky et AL, sur la critique du scénario, car il faut se remettre dans le contexte de l'époque ou les dessins animés de type cartoons déjantés étaient très à la mode.

On avait pratiquement que ça à la TV : Super Souris, Les Animaniacs, Le monde fous de Tex Avery ... sans oublier le regretté "Ca Cartoon !" qui diffusait, entre autres, Buy Bunny, Tom et Jerry et j'en passe ! 

Je pense donc que les réalisateurs voulaient juste surfer sur ce qui était à la mode, alors que du côté du Japon, on avait un style d'animation qui ressemblait plus à du DBZ

Donc malgré le côté répétitifs de certains gags, ou encore le côté gênant d'autres (les gags sur les fesses de Robotnik me mettaient particulièrement mal à l'aise), je remarquais tout de même que les réalisateurs faisaient un minimum d'efforts pour tenter de coller au jeu. Notamment en ce qui concerne les 4 épisodes sur la recherche des Emeraudes du Chaos.

Puis après nous avons eux une série beaucoup mieux dessiné : "Les Aventures de Sonic et Sally", ou SATAM aux Etats Unis (dans la cours de récré on la nommait la série bien dessinée).

Sally était à poual, ce qui donna beaucoup d'idées au fans sur Devianart.

Et là, ce fut le choc ! Car passer d'une série colorée remplis de gags débiles à une version animé animalière du roman "1984" était plutôt perturbant pour une enfant de mon âge.

A l'époque, je pensais que c'était la suite de la première série et que Robotnik avait enfin réussis à conquérir le monde (ce qu'il essaie de faire dans 95 % des épisodes au passage), surtout que le générique était exactement le même que la première série (on ne s'est pas fait chier en France).

Et puis Robotnik, qui était complètement ridicule dans la première série, foutait bien les j'tons dans SATAM ! 

Je vais bouffer ton âme !

Bref, les deux séries n'avaient rien à voir l'une avec l'autre et je commençais sérieusement à me demander si ces dernières reprenaient bien l'univers des jeux.

Hé oui, à l'époque Internet n'existait pas et les magasines sur les dessins animés ou les jeux vidéos coûtaient très cher ! On ne savait donc pas forcément quels hurluberlus avaient pu nous pondre ce genre de dessins animés à la con ! 

Car l'univers du jeu est coloré et nous pouvons y apercevoir des palmiers tout partout ainsi que des fleurs, ce qui était très différent de l'image que ce DA voulait nous donner. 

Et c'est bien plus tard que j'ai appris que ces deux séries avaient étés créés par le studio DIC en même temps ! Et que le scénario cartoon ne plaisait pas trop à nos amis japonais, au passage.

Enfin bref, je pourrais parler des heures de ce qui a opposés les studios américains et japonais, différence culturel oblige, et je vous conseil de visionner cette petite vidéo très détaillée des Chroniques du Mea ou ce dernier parle de l'évolution de Sonic à travers les âges.

Au final, j'éprouve tout de même de la nostalgie concernant ces deux premières séries car la première me faisait bien marrer malgré ses défauts (j'avoue que mon côté fan de Sonic me faisait regarder chaque épisode) et la seconde m'avait fortement intriguée par son scénario sombre. 

Je passe vite fait le résumé des autres séries :

- "Sonic Le Rebelle", cette série sortie à la fin des années 90 n'avait plus rien à voir avec l'univers des jeux ! Je l'avais totalement zappée exprès tellement ça m'avait agacé qu'ils fassent n'importe quoi avec mon personnage préféré. 

 - "Sonic X" réalisé par des studios japonais cette fois, et donc beaucoup plus fidèle aux jeux, sortie au début des années 2000. Je l'ai découverte ado et j'avais tellement d’espoirs dans cette nouvelle série que j'ai été au final déçue car je trouvais les personnages nais ! J'avais également l'impression de visionner un anime copié/collé sur Pokemon (que je regardait aussi à l'époque), et puis surtout, le personnage de Chris m'insupportait au plus haut point ! Quand à la morale de la fin, je la voyais comme ça : tout le monde aime Sonic, même Eggman. A la fois drôle et émouvante malgré ses défauts, elle reste la série sur Sonic préférée des fans à ce jour.

Prend toi ça dans la gueule Chris !

- "Sonic Boom", la plus récente, est une série comique tout comme la première. Cependant, les gags sont beaucoup plus modernes et travaillés. En gros, ça se moque pas mal de notre société actuel et Eggman est particulièrement brillant dans cette dernière ! Ce personnage, que je détestais petite (merci "Sonic et Sally"), est devenu un de mes préférés de la saga en particulier grâce à cette série ! Personnellement, et malgré les craintes que j'ai pu avoir à cause du design plus que discutable des personnages, je l'aime bien car elle me fait marrer ! 

Bref, ça en fait des séries pour un seul personnage ! Et je ne parlerais pas des comics, qui sont extrêmement nombreux eux aussi ! Quand aux jeux vidéos, passée la période d'or avec Sonic 1 et 2, viendra pour Sega le début du déclin.

Mais à l'époque je me fichais bien de la gue-guerre des consoles de jeux, même si je me moquais quand même de Mario.

J'ai également appris que c'est entre autres à cause de la mésentente entre la "Sonic Team" et "Sega of America" que le déclin de Sonic à commencé en plus de son passage raté à la 3D (la flemme de tout expliquer, je vous renvoie donc à une vidéo de JDG sur le sujet).

J'avais adoré Sonic 3 et Knucles et Sonic CD. Il y a ensuite eu une période ou j'avais laissé tomber la licence, mais lorsque j'ai pu jouer à "Sonic Adventure", j'étais contente de pouvoir voir enfin Sonic parler ! J'avais adoré ce jeu, et le pouvoir de séduction de ce hérisson recommençait enfin à faire effet.

Et puis "Sonic Adventure 2" est arrivé, le personnage de Shadow avec ...

Je suis sombre et mystérieux, les fans me kiffent donc obligatoirement !

Arg ! Pour être claire avec tout mes lecteurs, je n'ai rien contre le personnage de Shadow en réalité, mais un peu plus à ses fans kikool !

A l'époque, j'avais déjà pu voir ce type de personnage à la con 125413 fois dans des animés de  type Shonen, entre autres ! Et j'avais trouvé ce hérisson peu original au final, car Shadow c'est évidement le rival de Sonic (sans blagues ?!) au passé sombre.

Son rôle ? Tout simplement croiser les bras une grande partie du temps et balancer des punchlines à Sonic afin de montrer à quel point il est classe contrairement à ce dernier.

Voilà comment on fait un personnage qui plait de nos jours (je prend des notes !).

Bref, ces derniers vont même jusqu'à imposer Shadow partout ! Par exemple sur la jaquette du premier jeu Sonic :

Ou encore pour Sonic le film (ma critique est ici au passage) :

Et avec toujours les mêmes arguments : "j'espaire quil y ora Shado car il es class ! sombre ai mistérieu ! c mon personage praifairé !" ou encore "il fo fair une séri sur sado car il est top bien !"

Petits cons, je vous remercie de m'avoir fait haïr ce personnage ! Car m'enfin, c'est comme les fans de "My Little Pony" ou de "Twilight" qui recherchent à vous faire apprécier coûte que coûte un personnage ou une série en inondant le net, ça fini toujours par provoquer l'effet contraire. Alors arrêtez ça !

Avec l’omniprésence de ce hérisson noir, qui était censé être mort dans Sonic Adventure 2, ainsi que l'arrivée de jeux extrêmement médiocres au début des années 2000 avaient eux raisons de ma passion.

Mon enfance se terminait en même temps que mon adoration pour Sonic et de son univers, je laissais donc le soin aux générations suivante d'apprécier et de suivre ses aventures. 

Enfin, c'est ce que je croyais, alors pourquoi ?

En réalité, je pense que Sonic fait également parti intégrante de mon enfance, et si je continue à suivre ses aventures, même de loin, que ce soit dans ses adaptations animés ou dans les jeux récents, c'est probablement parce que il me rappelle inconsciemment les jeux incessants auxquels je jouais avec mes cousins : des parties de caches-caches dans le jardin de ma tante jusque tard dans la nuit l'été, les histoires qui font peurs, les jeux sur l'ordinateur (oui, ça existait à l'époque des dinosaures !), les journées interminables à la regrettée piscine de Moulins ... 

Et puis je dois avouer avoir été agréablement surprise ces derniers temps non seulement par le film, qui n'est pas si mal que ça au final (merci Jim Carrey), mais aussi par le jeu Sonic Mania, qui est tout juste excellent !

Ils sont trop mignons !

Quand à la série d'animation inspirée de ce dernier, elle est très agréable à visionner, vous pouvez la montrer à de jeunes enfants sans aucunes craintes ! 

Bref, Sonic c'est un peu mon enfance perdue,et je ne pourrais jamais me passer de son souvenir.

Lire la suite

Les recettes dégueulasses de tata Floria : Le gâteau invisible.

19 Mai 2020 , Rédigé par Floria

Comme vous le savez déjà tous, je suis une excellente cuisinière ! 

Ben quoi, l'année ou j’avais enfin pu prendre ma liberté en louant un appart loin de mes parents, mon premier réflexe lors de mes premières courses avait été d'acheter absolument tout ce qui m'avait été interdit à la maison.

En gros, voici mes menus de l'époque : patates, fromages, pizzas, soupes japonaises et plats préparés ect ... J'avais pris 10 kilos en une année au passage. 

Mais un jour j'ai rencontré le futur père de mon fils qui avait été fort surpris de ne voir qu'une casserole, ainsi qu'une cuillère en bois, comme seuls ustensiles dans ma modeste cuisine.

Ben ouai, j'ai toujours eu la flemme de cuisiner, et la seule fois ou j'ai voulue faire plaisir à monsieur, ce dernier n'avait pas été satisfait du résultat (j'avais préparé des légumes, beurk !).

Et du coup j'ai laissé la main à monsieur qui se vantait bien assez de savoir cuisiner ... gras. 

Bref, ça n'a pas aidé à ma prise de poids déjà bien entamée, si bien qu'en 2015 j'avais décidé de faire un régime tout en faisant régulièrement du sport : 2 à 3 fois par semaine, je me rendais à la piscine en plus d'avoir supprimé toute boisson gazeuse de mes repas, et notamment le coca. Le résultat ne sait pas fait attendre car j’avais réussis à perdre 7 kilos à l'époque.

Seulement voilà, suite à ma dépression post-partum après la naissance de mon fils, j'étais à la limite de l’anorexie et il a fallu que je re-mange en grande quantité afin de ne pas finir à l'état de squelette ambulant. 

Bref, j'ai pas mal repris depuis, et le confinement n'a pas aidé !

Du coup, en cherchant sur le net, mon compagnon et moi même avons trouvés tout un tas de recette faciles à faire, bonnes et non grasses.

Je ne vous fait pas attendre plus longtemps et vous donne la fameuse recette du fameux gâteau invisible :

 

- 800 g de pommes,

- 2 œufs,

- 10 cl de lait,

- 70 g de farine,

- 50 g de sucre,

- 20 g de beurre fondu,

- 1 sachet de levure chimique,

- 1 sachet de sucre vanillé,

- Du sucre glace et une pincée de sel.

 

Mélangez la farine, la levure et le sel.

Battez les œufs avec le sucre jusqu'à ce que le mélange mousse et blanchisse. Ajoutez alors le beurre préalablement fondu, le lait et le sucre vanillé. Fouettez de nouveau. 

Ajoutez le mélange de farine progressivement, sans cesser de battre.

Pelez et épépinez les pommes, tranchez les finement à la mandoline. Versez dans la pâte et enfoncez-les sans les remuer pour qu'elles s’imbibent, bien de la pâte.

Beurrez et farinez un moule. Versez-y le contenu du saladier aux pommes, lissez avec le dos d'une cuillère.

Enfournez pour 35 minutes à 200 C°.

Laissez refroidir dans le moule puis démoulez.

Saupoudrez de sucre glace.

 

Et voilà, votre gâteau est prêt ! A bientôt pour de nouvelles recettes !

 

Lire la suite

Story of Seasons, mon avis.

18 Mai 2020 , Rédigé par Floria

Sorti sur 3DS en 2015, Story of Seasons est un jeu de gestion de la série les Harvest Moon et il aura été mon jeu de confinement. Be ouai, je ne fais pas comme tout le monde en jouant à Animal Crossing moua ! Na ! 

Ce type de jeu ne m'était pas inconnu vu que j'avais déjà jouer à "Rune Factory Frontier" sur Wii qui est du même type. 

Kezako ? Me demanderez vous ? Vous incarnez un fermier, ou une fermière (au choix), qui débarque dans un petit village et vous aurez la possibilité de faire pousser des fruits et des légumes (sans blagues ?!), d'améliorer votre habitat, de vous occupez des animaux, de vous mariez ect ect ect ... 

Vous commencez dont l'aventure avec une sorte de tutoriel ou la mamie du coin vous apprend à cultiver la terre, et autant vous avouer tout de suite que c'est chiant ! Mais une fois ce dernier passé, vous aurez enfin la possibilité d'entretenir votre propre ferme, l'aventure peu enfin commencer !

Et quelle aventure ! Pauvre au début du jeu, votre fermier n'aura d'autre choix que de ramasser tous ce qui traîne afin de les revendre au vendeur du coin qui apparaît de temps à autre à la place du marché.

Vous planterez également des navets à longueur de journées (le seul légume disponible au début du jeu), vous vous occuperez de votre unique vache, pécherez, cuisinerez (la cuisine est rapidement dispo) et draguerez les badauds du coins en leurs offrants des papillons ou encore des poissons. 

Bon, je vais dans un premier temps évoquer le petit défaut du jeu, défaut qui risquerait de ne pas plaire aux plus jeunes : Story Of Seasons est malheureusement extrêmement long à démarrer. 

Une journée = une demie heure de jeux environ, et un mois = trente jours. Autant dire que vous risqueriez de vous lassez assez vite en attendant que d'autres options se débloquent. 

Mais une fois que vous arriverez à l'automne de la saison 1 (vous commencez au printemps), beaucoup de nouvelles options se débloqueront enfin ! Et comme je suis persistante, et que j'avais déjà joué à Rune Factory Frontier qui est de la même trempe, j'ai continué !

Au début, je me couchais l'après midi afin de pouvoir débuter une nouvelle journée au plus vite dés que j'avais terminé toutes mes tâches du jour (qui étaient peu nombreuses), je ramassais du bois et des cailloux qui m'ont été très utile pour la suite vu que ces matériaux m'avaient permis de faire agrandir ma ferme et de construire des étables afin d’accueillir d'autres animaux.

Et une fois de nouveaux plans d'ateliers débloqués grâce à vos efforts, vous aurez la possibilité de fabriquer un peu prés tout et n'importe quoi (vêtements, vins, bagues, lunettes, accessoires, graines, confitures ect ...) afin de les revendre dans le but de faire du profit et de débloquer d'autres marchants par la même occasion !

Ces derniers vendrons des nouveaux objets : plans d'ateliers, animaux, graines ... ce qui vous occupera plus longtemps, si bien qu'une journée sera devenue presque trop courte pour tout faire !

Mais c'est surtout lorsque l'option "Safari" se débloquera que vous pourrez réellement devenir riche en ramassant des matériaux de luxe à l'aide d'une carrière tels que de l'or, ou encore des diamants. 

Ensuite, et si vous le souhaitez, viendra le mariage ! Car à force d'offrir à peu prêt tout et n'importe quoi aux candidats, reconnaissables à l'aide d'une fleur dans leurs bulles de dialogues, vont finirez par les collectionner tels des Pokemons.

Et n'oubliez non plus de participer aux éventements proposés comme, par exemple, aux festivals de moissons, ou encore aux concours de bétails, ce qui vous permettra de gagner des points auprès de vos prétendants et prétendantes. Par contre, vous n'aurez que la possibilité d'épouser une personne du sexe opposé, dommage, car le personnage d'Iris me tentait bien. 

J'ai finalement épousé Mistel, le brocanteur du coin, car malgré le fait que je sois attiré par Nadi pour la simple et bonne raison qu'il est difficile à obtenir (je sais, c'est dégueulasse de dire ça), j'avais la flemme de passer des heures de jeux à tenter de le capturer !  

Nous avons déjà la possibilité de sortir avec la personne désirée en lui donnant un anneau de promesse, ou en attendant que cette personne vienne vous déclarer sa flamme si jamais vous gardé l'anneau dans votre sac.

En ce qui concerne le mariage, et surtout les enfants, il faut posséder une maison à deux étages qui sera assez compliquée à obtenir.

Pour le moment, je n'ai pas encore eu d'enfants, mais je continue de temps en temps à jouer au jeu, mais beaucoup moins depuis le déconfinement.

En ce qui concerne ma critique globale, je dirait que c'est un très bon jeu auquel on devient vite accro malgré sa lenteur (mais c'est pareil dans Animal Crossing au final), et j'ai passé de bons moments dessus (ho oui !) les soirs ou il n'y avait rien à la TV (c'est à dire très souvent).

Je le conseille donc à ceux et celles qui aiment les types de jeux "mode de vie" un peu répétitifs (on fini toujours par se lasser) à la durée de vie infinie.

Car en gros, c'est la vie rêvée : pas de stress, une ferme qu'on entretient sans se salir les mains, et des mecs que l'on collectionne (ça va ! C'est qu'un jeu !) juste en discutant tout le temps avec ces derniers des mêmes choses.

Ce jeu plaira beaucoup aux no lifes qui aiment les histoires d'amours faciles et aux adorateurs de la vie d'autrefois. 

Lire la suite