Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Floria

Articles récents

Le grand méchant renard, le film.

3 Octobre 2019 , Rédigé par Floria

Cette BD est la preuve que l'originalité ne fait pas forcément une bonne histoire !

En effet, tu peux prendre des personnages vus et revus, comme un renard, un grand méchant loup et des poules, par exemple. Et si tu ajoutes à ça "de grandes aventures, pleines de joies. Un immense cœur pur, et tendre à la fois. Un brun de tendresse, c'est pas bien complexe, beaucoup de rire et c'est partiiiii ! ". En mélangeant bien le tout ça donne une BD multi primée lors de sa sortie ! (merci à Alix de kiffer les poneys et les dragons, je deviens une "bronie" à cause de toi !). 

Bref,  je suis réellement tombée sous le charme de cette BD drôle et poétique tout comme des millions de lecteurs, mais en est-il de même pour son adaptation au cinéma ? 

Les gosses juste avant d'aller se coucher

Lorsque j'ai commencé à lire la BD je me suis cru devant un dessin animé, l'histoire m'a fait un peu penser, en plus du Tex Avery, à "Tom et Jerry".

Car malgré sa réputation de cartoon violent, il y avait, dans cet anime, un côté tendre et touchant qui se distinguait des "Looney Toons", ce qui lui avait valu d’obtenir par mal de récompenses en plus de réussir à dépasser Buy Bunny en personne. 

En effet, certains épisodes ont souvent réussi à me faire chialer ! Oui, j'ai pleurée devant "Tom et Jerry" et ma réputation de femme forte est maintenant réduite à néant !

Mais il faut bien avouer que Tom n'est pas du tout méchant et le voir s'inquiéter pour Jerry, ou même d'autres proies, était touchant. Sans parler des épisodes spécial Noël ! Bouuuuuu.... Snif... 

Plus mignon tu meurs !

Et j'ai donc ressenti la même chose durant la lecture du Grand Méchant renard, surtout vers la fin. Cependant, cette BD n'était pas à l'origine destinée aux enfants car elle montre essentiellement les travers de notre société sous les trais d'animaux, sans parler de la caricature de la parentalité représentée sous toutes ses formes. Mais les enfants peuvent très bien se marrer en la lisant même si ils ne comprennent pas tout.

En gros, Benjamin Renner a également compris que la lecture à double sens pouvait attirer pas mal de monde, les dessins animés de Pixar en sont la preuve ! Cependant, il reste tout de même regrettable que la plupart des français ne le comprennent toujours pas... 

En effet, je ne peux malheureusement pas en dire autant de son adaptation animé (adaptation à laquelle l'auteur lui-même a participé). Déjà, le premier point qui fâche (selon mon avis perso, je tiens à le préciser) est qu'elle est beaucoup trop courte !

Dans la BD on accorde beaucoup plus de temps à l'approfondissement des relations entre les différents protagonistes, surtout celles entre les poussins et le renard qui met le temps qu'il faut à se mettre en place. 

Dans le dessin animé l'attachement se fait presque immédiatement afin de gagner du temps. J'aurais largement préféré que les réalisateurs n'adaptent pas les deux autres histoires de Benjamin Renner, quitte à ajouter des péripéties à l'histoire originale, afin d'allonger le film et ainsi permettre à son instinct paternel de se mettre en place (si, ça existe l'instinct paternel ! Na ! ) .  

Tient, j'en veux plus! Ils sont insupportables !

L'autre qui point qui fâche est la suppression de certains gags à double sens ainsi que de beaucoup de scènes amusantes.

Par exemple, à un moment donné dans la BD, nous pouvons voir le renard prit en flagrant délit en train de fouiller sous la poule et tenter de se justifier avec un "ce n'est pas ce que tu crois". Ou encore le coup de la poule qui viendrait de Tchernobil.

Dans le dessin animé on a les poussins qui traites le loup de "gros caca", ce qui l'agace. Et c'est censé être drôle !  Enfin, ça l'est si tu a moins de 4 ans quoi. 

Et c'est justement ça qui m'a énervé le plus lorsque j'ai visionné le film car je n'ai pas pu m'empêcher d'imaginer l'auteur en train de se dire : "on va supprimer les gags à la fois drôles et cruels car c'est un dessin animé, donc c'est pour les gosses. Faudrait pas les traumatiser non plus, hein. Mes lecteurs ne s'en rendront pas compte, ils sont cons de toute façon." 

Bon, bon, bon... J'ai assez râlé et je vais terminer sur une note positive afin de tout de même donner un coup de pouce aux dessins animés français qui sont actuellement en pleine extension sur le marché.

Il suffit d'ailleurs de voir qu'une grande partie de ceux que l'on voit à la TV sont réalisés par des studios français, même si un dessin animé reste extrêmement cher à adapter ce qui amène pas mal de pays à se partager la production de leurs œuvres, France compris. 

Déjà le message de la BD est conservé sur le "vivre ensemble et accepter la différence" ainsi que le côté tendre.

Il y a aussi le fait qu'un personnage qui se croit méchant finisse par d'attacher à ceux qu'ils considère comme ses ennemis (ici ceux sont ses proies, mais c'est pareil) qui a su me toucher. Et peu importe l'œuvre, ça marche à chaque fois personnellement sur moi lorsque je vois un méchant devenir gentils après s'être attaché à un personnage, ou même après être tombé amoureux. Oui, c'est extrêmement cul-cul mais ça fonctionne ! Ma réputation est vraiment foutue là... 

Haaaaaa.... ❤️

Et effectivement, le dessin animé le montre bien, et on ne peut pas non plus s'empêcher de crier "salaud !" lorsque ce loup blasé montre sa vrai nature de prédateur qui se fiche pas mal de la vie d'autrui, et on attend donc avec impatience qu'il se prenne une belle  raclée ! (même si le véritable méchant psychopathe de l'histoire reste la poule et sa bande de Supers Sayens) . 

Attention renard ! Il y a un dangeureux prédateur juste à côté de toi !

Bref, si vous avez des enfants de moins de 6 ans vous pouvez visionner le film en famille sans avoir peur que la morale vous saute à la gueule avec un "c'est pas gentil d'être méchant". Ce n'est pas niai quoi, et puis vous passerez tout de même un bon moment en compagnie de cette bande de malade, même si la BD reste mieux à mes yeux. 

On est p'tits et cinglés !

 

Lire la suite

Qui à peur du grand méchant renard ? Pas les petits poussins en tout cas !

30 Septembre 2019 , Rédigé par Floria

J'ai enfin pu lire cette BD emprunté à la bibliothèque. 

Aillant obtenue plusieurs prix lors de sa sortie, cette histoire raconte la vie d'un renard drôle et maladroit qui tente de bouffer les poules du poulailler d'en face de sa forêt. En vain, car le pauvre goupil fait plus pitié que peur, il en est donc réduit à devenir végétarien en se nourrissant de navets. Mais un jours le loup a une idée machiavélique : voler des œufs de la ferme et attendre patiemment l'arrivée de petits poussins bien dodus et appétissants. Bien entendu c'est au renard que revient la tâche de couver les œufs, et rien va se passer comme prévu.

Inutile de vous dire que l'on devine facilement ce qui va se passer par la suite, cependant, cette BD est originale et surtout très hilarante ! Le dessin est cartoonesque et beaucoup de gags font penser à du Tex Avery. Je me suis cru, à un moment, dans un épisode des Tiny Toons !

On est p'tits, et gentils... Bordel ça me manque !

L'histoire est également attendrissante vu que l'on suit ce pauvre renard tenter d'élever des petits poussins hyperactifs, et j'ai beaucoup aimé la caricature de la parentalité. Parfois, et même souvent, les enfants ont ce don de nous rendre fous, mais on hésiterai pas à donner notre vie pour eux ! On a même peur pour les poussins à un moment donné de l'histoire car le loup, contrairement au renard, est un véritable méchant ! 

Pour finir, j'ai également aimé les caricatures de notre société à travers les animaux, surtout en ce qui concerne les mères poules ! Bref, un album à dévorer sans hésiter, si j'ose m'exprimer ainsi ! 
 

Pour plus de détails, n'hésitez pas à aller dans mes stories sur mon Instagram

Lire la suite

Mes lectures de l'été, partie 1.

23 Septembre 2019 , Rédigé par Floria Publié dans #Critique de BD et mangas

Bon après une loooooongue période à remplir des papiers administratifs en tout genre à cause de cette rentrée de merde, je reprends mes petites critiques sur les aventures de nos ados préférés cons et boutonneux qui envahissent les BD depuis l'arrivée d'un certain garnement à la mèche blonde :

Les Vacheries des Nombrils, tome 2 !

Validées par Alix

Dans la catégorie des personnages que j'ai envie de baffer mais que je j'adore tout de même, je dois avouer que ces trois là restent encore tout en haut de l'échelle !

L'amitié la plus malsaine de l'histoire de la BD !

En effet, j'adore Karine, Jenny et Vicky, même si j'ai quelques préférences pour la  petite rouquine, qui est peut-être stupide, mais surtout adorable. Et ce nouveau tome des Vacheries va me conforter dans mon choix, même si j'adore les deux autres grâce à leur développement personnel. Explications à suivre plus bas.

Déjà, la couverture est magnifique (comme toujours, me direz vous) car elle brille tel un sapin de Noel prêt à se faire déraciner à la fin des fêtes de fin d'année. Donc j'en déduis que nos auteurs préférés ont encore trouvé le truc qui attire les gamins (ou les pies) et les poussent à l'achat vu que mon fils ne cesse de me piquer cet album, non pas pour l’histoire, puisqu'il ne sait pas lire, mais surtout pour sa couverture dorée !

Quandt à mon avis sur les Vacheries, il est plutôt positif, même si je me souviens avoir été vexée par la "trolerie" des auteurs qui nous avaient fait croire, à l'époque, à la sortie d'un éventuel tome 8 sur leur Facebook officiel, alors que c'était une nouvelle BD qui faisait office de préquelle aux Nombrils. 

J'avais donc décidé de ne pas publier de critique, telle une gamine fâchée de ne pas avoir eu sa glace à 20 euros (pour ma gouverne, j'étais enceinte à l'époque, donc pas de polémique). Mais ça, c'était avant, car je dois bien avouer que ce deuxième tome m'a agréablement surprise ! Et puis les extraits, publiés sur leurs Instagram et Facebook officiels, me donnaient sacrément envie de me le procurer. J'ai donc acheté "La Bible" 2 jours avant sa sortie officielle grâce à mon fournisseur personnel.

En ce qui concerne l'histoire, contrairement à la série principale, "Les Vacheries" sont essentiellement composées de recueils de gags d'une page, comme au bond vieux temps (coucou forum de BD Gest). Cependant, cela n’empêche pas les auteurs de rajouter quelques petits fils rouges tout le long de leur album. 

Tout d'abord, il faut bien situer le contexte dans lequel la série Les Vacheries se situe, car il s'agit d’événements ayants eu lieu AVANT le tome 1, ne soyez donc pas étonnés de retrouver les anciens looks de nos trois héroïnes ainsi que des anciens personnages partis faire leur vie ailleurs (probablement dans une autre BD) tels que John-John, Dan, ou encore Mélanie. Dans "Une fille en or", on en apprend beaucoup plus sur le passé de nos trois nénettes, et notamment sur la rencontre entre une Vicky boulimique et une Jenny déjà sexy en diable faisant craquer tous les garçons, à 12 ans à peine ! (à son âge, je jouais aux légos ! Non mais !)

On en apprendra également plus sur l'amitié maudite entre Vicky et une certaine Gabrielle. Je n'en dis pas plus afin de garder l'entière surprise aux lecteurs, vu que ce personnage aura une grande importance dans l'histoire. 

Concernant maintenant mon avis sur les personnages, Vicky reste toujours à mes yeux la petite peste qui se défoule injustement sur les autres en conséquence d'une situation familiale très instable. Mais j'avoue que c'est un personnage qui est approfondi, et j'ai apprécié en apprendre plus sur ses ressentis personnels.

Cependant, et comme le dit si bien le Disneyphile, exploiter et approfondir un personnage ne signifie pas le sur-utiliser. Et même si je sens que je vais me faire taper dessus, je pense que ce serait une erreur monumentale que les malheurs de Vicky soient au centre de l'histoire principale dans un futur proche. Hé oui ! Je vais à l'encontre de ce que disent 90 % des fans et j'assume ! Car si on les écoutait, il ne faudrait que des scénarios centrés sur l'amour impossible qu'il y a entre Vicky et Mégane, ou sur Vicky elle même dans l'univers merveilleux des Nombrils. Et j'avoue que ça me saoulerai énormément ! Surtout que les deux autres ne sont pas en reste.

En ce qui concerne Karine, elle reste la même d'avant le tome 5, même si j'ai l'impression qu'elle n'est plus cette poupée molle qui se laissait tout le temps marcher sur la gueule dans les premiers tomes (elle a un peu plus de jugeote). Mais elle reste touchante dans son besoin d'être aimé, et on comprend mieux ses actions dans le futur. Maintenant, j'ai hâte de la voir évoluer vers le côté obscur car ça la rend fortement intéressante !

Et pour finir, évoquons la plus choupie des trois : Jenny. On sent, depuis plusieurs tomes déjà, que cette dernière possède une véritable gentillesse et qu'elle n'est pas forcément responsable de ses actions, vu que c'est souvent Vicky qui la pousse à agir comme une peste ! Bon, je l'avais déjà remarqué dans le tome 1, cependant dans les Vacheries on voit qu'elle cherche toujours à aider ses amies sans jamais rien demander en retour (n'est ce pas Vicky ?). Bref, je suis bien contente de la retrouver toujours aussi drôle et touchante, et j’espère que notre rouquine aura un rôle important dans le 9 ème tome des Nombrils, car il y a encore beaucoup de choses à dévoiler à son sujet, même si elle est maintenant la seule des trois à être officiellement en couple et réellement heureuse. (oups ! J'ai spoilé le tome 8 !). 

En conclusion, je recommande chaudement ce second tome, quant aux dessins de Delaf, ils sont toujours excellents ! Et le scénario n'a rien à leur envier car il est drôle et tendre à la fois, même si les méchancetés entre personnages ne sont jamais loin . Bref, il plaira aux nostalgiques des premiers tomes ainsi qu'à ceux qui aiment la série principale, et même aux nouveaux lecteurs (sauf pour ceux qui n'apprécient guère l'humour noir et vache). Je vous propose donc de lire cette BD sur le champ !

N'est-il pas beau mon champs ? 🌾

PS : Comme on risque de ne pas avoir de nouvelles des Nombrils avant un très long moment, j'en profite pour vous partager le lien d'une petite série animée de quelques minutes publiée par Dupuis et inspirée de la BD "Les Nombrils" :

Attention ! Pestes en vues !

D’après ce que j'ai cru comprendre, il y aura plusieurs épisodes qui seront diffusés sur YouTube. Perso, je la trouve sympathique et je pense que les voix collent bien aux personnages de la série, avec Karine qui reste la voix de la raison (et la sienne est plutôt douce et posée, ce qui lui ressemble parfaitement), Vicky, la vénale jalouse, et Jenny, la débile hyperactive qui ne comprend jamais rien.

Ce n'est cependant pas le cas de tout le monde, et c'est normal, car on s'imagine toujours nos propres voix lorsqu'on lit une BD, ou même un livre. Alors c'est forcément choquant lors de la première écoute (ça m'est déjà arrivé plus d'une fois de l'être). Mais on s'y fait toujours. Par contre, j'aurai préféré des couleurs un peu plus vives et un trais ressemblant plus à celui de Delaf, mais bon, je chipote. 

Et concernant la série principale, comme je l'ai expliqué plus haut, je souhaiterai en apprendre dorénavant plus sur le passé de Jenny, et notamment sur son père, maintenant qu'en amour tout roule (par pitié, ils étaient mignons Jenny et Hugo, soit, mais également mégas niais ! J'en ai suffisamment bouffé de leur romance !), je souhaiterais également que Vicky se bouge une bonne fois pour toutes !

Quant à Karine, pour le moment ça me va de la voir enfin sombrer dans les méandres de l'argent et la célébrité avec tout ce qui en découle. Et je ne vais pas trop revenir sur son "amour" avec un certain Dan, même si la lecture de ce tome des Vacheries risque de plaire aux fans de ce couple vu qu'on les aperçoit souvent s'observer du coin de l'œil, rougissant comme des tomates trop mûres. Par contre, les auteurs n'ont encore rien décidé en ce qui concerne le retour du barbu de service vu qu'il est parti de son plein gré refaire sa vie ailleurs depuis un bon moment déjà, et que ses sentiments ne risquent pas de refaire surface à cause de ce qui s'est passé depuis le tome 5.

En réalité, et malgré le fait que je râle sans cesse, je n'ai rien contre son retour, même si je préférerais largement le retour de John-John, ou encore celui de Mélanie. Cependant, je ne veux pas qu'il revienne juste pour être dans le rôle du super héros de service qui ouvrira les yeux à Karine après ce qu'il a fait. Ben oui, je n'ai pas oublié les tomes 3 et 4, et puis il y a beaucoup trop de garçons dans ce monde qui restent persuadés qu'il suffit d'être juste gentils afin de pouvoir récupérer une fille après leur avoir fait un sale coup.

Donc Nan, je ne souhaite toujours pas que leur histoire reprenne, car si ça devait personnellement m'arriver, je ne pourrais malheureusement plus faire confiance. Après je sais qu'il s'est fait manipuler et qu'il n'est pas du tout méchant, ce n'est donc pas la peine de me le rappeler, car mon avis ne risque pas de changer de sitôt. En fait, je ne supporte pas non plus le fait qu'il ait été aussi con !

Dan serait mignon en fille

Bon, après je ne suis pas naïve, je sais que ce qu'Albin a fait subir à certains protagonistes est mal et que le message des auteurs est qu'il faut se méfier des personnes un peu trop parfaites en apparence, surtout que ce dernier ne semble toujours pas capter que la manipulation c'est mal, m'voyez !

Cependant, Albin reste un personnage que j'apprécie énormément malgré ses défauts (de plus, il a un look d'enfer !) car je le trouve très intéressant à exploiter. J'espère maintenant qu'il le sera un peu plus dans les prochains tomes, ce serait effectivement dommage de ne pas découvrir ce qu'il a derrière la tête alors que Vicky a eu le droit à son développement de personnage, juste parce qu'il faut absolument que l'amour "éternel" et merveilleux qui persiste entre Karine et Dan se concrétise à tout prix. (coucou Campanita).

La classe ❤️😍 ! Et puis c'est le méchant, vous comprenez ! Il a des murs peints en rouges !

Voilà, c'est tout pour le pavé ! Et ne vous en faites pas, il n'y a pas que des histoires d'amour à la con dans cette série, même si ce serait vous mentir de vous dire qu'elle en est exempte. Ça a commencé avec Dan et Karine qui tentaient d'échapper a Jenny et Vicky, et ça continue encore et toujours avec la formation de triangles qui se terminent souvent en hexagones, des histoires d'amours impossibles, et j'en passe et des meilleurs. Cependant je vous rassure, c'est beaucoup moins niais qu'Hélène et les garçons, par exemple, et il y a également pas mal de thématiques sérieuses. ^^

Sinon, je ne pense pas de nouveau évoquer Les Nombrils avant un bon moment, tout comme les auteurs. Sauf peut être sur Instagram, mais aussi sur Deviantart, et puis Twitter et .... 

Bon j'avoue, en vérité je m'en lasserai jamais ! 

Lire la suite