Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Floria

Articles récents

Les recettes dégueulasses de tata Floria : Le gâteau invisible.

19 Mai 2020 , Rédigé par Floria

Comme vous le savez déjà tous, je suis une excellente cuisinière ! 

Ben quoi, l'année ou j’avais enfin pu prendre ma liberté en louant un appart loin de mes parents, mon premier réflexe lors de mes premières courses avait été d'acheter absolument tout ce qui m'avait été interdit à la maison.

En gros, voici mes menus de l'époque : patates, fromages, pizzas, soupes japonaises et plats préparés ect ... J'avais pris 10 kilos en une année au passage. 

Mais un jour j'ai rencontré le futur père de mon fils qui avait été fort surpris de ne voir qu'une casserole, ainsi qu'une cuillère en bois, comme seuls ustensiles dans ma modeste cuisine.

Ben ouai, j'ai toujours eu la flemme de cuisiner, et la seule fois ou j'ai voulue faire plaisir à monsieur, ce dernier n'avait pas été satisfait du résultat (j'avais préparé des légumes, beurk !).

Et du coup j'ai laissé la main à monsieur qui se vantait bien assez de savoir cuisiner ... gras. 

Bref, ça n'a pas aidé à ma prise de poids déjà bien entamée, si bien qu'en 2015 j'avais décidé de faire un régime tout en faisant régulièrement du sport : 2 à 3 fois par semaine, je me rendais à la piscine en plus d'avoir supprimé toute boisson gazeuse de mes repas, et notamment le coca. Le résultat ne sait pas fait attendre car j’avais réussis à perdre 7 kilos à l'époque.

Seulement voilà, suite à ma dépression post-partum après la naissance de mon fils, j'étais à la limite de l’anorexie et il a fallu que je re-mange en grande quantité afin de ne pas finir à l'état de squelette ambulant. 

Bref, j'ai pas mal repris depuis, et le confinement n'a pas aidé !

Du coup, en cherchant sur le net, mon compagnon et moi même avons trouvés tout un tas de recette faciles à faire, bonnes et non grasses.

Je ne vous fait pas attendre plus longtemps et vous donne la fameuse recette du fameux gâteau invisible :

 

- 800 g de pommes,

- 2 œufs,

- 10 cl de lait,

- 70 g de farine,

- 50 g de sucre,

- 20 g de beurre fondu,

- 1 sachet de levure chimique,

- 1 sachet de sucre vanillé,

- Du sucre glace et une pincée de sel.

 

Mélangez la farine, la levure et le sel.

Battez les œufs avec le sucre jusqu'à ce que le mélange mousse et blanchisse. Ajoutez alors le beurre préalablement fondu, le lait et le sucre vanillé. Fouettez de nouveau. 

Ajoutez le mélange de farine progressivement, sans cesser de battre.

Pelez et épépinez les pommes, tranchez les finement à la mandoline. Versez dans la pâte et enfoncez-les sans les remuer pour qu'elles s’imbibent, bien de la pâte.

Beurrez et farinez un moule. Versez-y le contenu du saladier aux pommes, lissez avec le dos d'une cuillère.

Enfournez pour 35 minutes à 200 C°.

Laissez refroidir dans le moule puis démoulez.

Saupoudrez de sucre glace.

 

Et voilà, votre gâteau est prêt ! A bientôt pour de nouvelles recettes !

 

Lire la suite

Story of Seasons, mon avis.

18 Mai 2020 , Rédigé par Floria

Sorti sur 3DS en 2015, Story of Seasons est un jeu de gestion de la série les Harvest Moon et il aura été mon jeu de confinement. Be ouai, je ne fais pas comme tout le monde en jouant à Animal Crossing moua ! Na ! 

Ce type de jeu ne m'était pas inconnu vu que j'avais déjà jouer à "Rune Factory Frontier" sur Wii qui est du même type. 

Kezako ? Me demanderez vous ? Vous incarnez un fermier, ou une fermière (au choix), qui débarque dans un petit village et vous aurez la possibilité de faire pousser des fruits et des légumes (sans blagues ?!), d'améliorer votre habitat, de vous occupez des animaux, de vous mariez ect ect ect ... 

Vous commencez dont l'aventure avec une sorte de tutoriel ou la mamie du coin vous apprend à cultiver la terre, et autant vous avouer tout de suite que c'est chiant ! Mais une fois ce dernier passé, vous aurez enfin la possibilité d'entretenir votre propre ferme, l'aventure peu enfin commencer !

Et quelle aventure ! Pauvre au début du jeu, votre fermier n'aura d'autre choix que de ramasser tous ce qui traîne afin de les revendre au vendeur du coin qui apparaît de temps à autre à la place du marché.

Vous planterez également des navets à longueur de journées (le seul légume disponible au début du jeu), vous vous occuperez de votre unique vache, pécherez, cuisinerez (la cuisine est rapidement dispo) et draguerez les badauds du coins en leurs offrants des papillons ou encore des poissons. 

Bon, je vais dans un premier temps évoquer le petit défaut du jeu, défaut qui risquerait de ne pas plaire aux plus jeunes : Story Of Seasons est malheureusement extrêmement long à démarrer. 

Une journée = une demie heure de jeux environ, et un mois = trente jours. Autant dire que vous risqueriez de vous lassez assez vite en attendant que d'autres options se débloquent. 

Mais une fois que vous arriverez à l'automne de la saison 1 (vous commencez au printemps), beaucoup de nouvelles options se débloqueront enfin ! Et comme je suis persistante, et que j'avais déjà joué à Rune Factory Frontier qui est de la même trempe, j'ai continué !

Au début, je me couchais l'après midi afin de pouvoir débuter une nouvelle journée au plus vite dés que j'avais terminé toutes mes tâches du jour (qui étaient peu nombreuses), je ramassais du bois et des cailloux qui m'ont été très utile pour la suite vu que ces matériaux m'avaient permis de faire agrandir ma ferme et de construire des étables afin d’accueillir d'autres animaux.

Et une fois de nouveaux plans d'ateliers débloqués grâce à vos efforts, vous aurez la possibilité de fabriquer un peu prés tout et n'importe quoi (vêtements, vins, bagues, lunettes, accessoires, graines, confitures ect ...) afin de les revendre dans le but de faire du profit et de débloquer d'autres marchants par la même occasion !

Ces derniers vendrons des nouveaux objets : plans d'ateliers, animaux, graines ... ce qui vous occupera plus longtemps, si bien qu'une journée sera devenue presque trop courte pour tout faire !

Mais c'est surtout lorsque l'option "Safari" se débloquera que vous pourrez réellement devenir riche en ramassant des matériaux de luxe à l'aide d'une carrière tels que de l'or, ou encore des diamants. 

Ensuite, et si vous le souhaitez, viendra le mariage ! Car à force d'offrir à peu prêt tout et n'importe quoi aux candidats, reconnaissables à l'aide d'une fleur dans leurs bulles de dialogues, vont finirez par les collectionner tels des Pokemons.

Et n'oubliez non plus de participer aux éventements proposés comme, par exemple, aux festivals de moissons, ou encore aux concours de bétails, ce qui vous permettra de gagner des points auprès de vos prétendants et prétendantes. Par contre, vous n'aurez que la possibilité d'épouser une personne du sexe opposé, dommage, car le personnage d'Iris me tentait bien. 

J'ai finalement épousé Mistel, le brocanteur du coin, car malgré le fait que je sois attiré par Nadi pour la simple et bonne raison qu'il est difficile à obtenir (je sais, c'est dégueulasse de dire ça), j'avais la flemme de passer des heures de jeux à tenter de le capturer !  

Nous avons déjà la possibilité de sortir avec la personne désirée en lui donnant un anneau de promesse, ou en attendant que cette personne vienne vous déclarer sa flamme si jamais vous gardé l'anneau dans votre sac.

En ce qui concerne le mariage, et surtout les enfants, il faut posséder une maison à deux étages qui sera assez compliquée à obtenir.

Pour le moment, je n'ai pas encore eu d'enfants, mais je continue de temps en temps à jouer au jeu, mais beaucoup moins depuis le déconfinement.

En ce qui concerne ma critique globale, je dirait que c'est un très bon jeu auquel on devient vite accro malgré sa lenteur (mais c'est pareil dans Animal Crossing au final), et j'ai passé de bons moments dessus (ho oui !) les soirs ou il n'y avait rien à la TV (c'est à dire très souvent).

Je le conseille donc à ceux et celles qui aiment les types de jeux "mode de vie" un peu répétitifs (on fini toujours par se lasser) à la durée de vie infinie.

Car en gros, c'est la vie rêvée : pas de stress, une ferme qu'on entretient sans se salir les mains, et des mecs que l'on collectionne (ça va ! C'est qu'un jeu !) juste en discutant tout le temps avec ces derniers des mêmes choses.

Ce jeu plaira beaucoup aux no lifes qui aiment les histoires d'amours faciles et aux adorateurs de la vie d'autrefois. 

Lire la suite

La vraie vie

17 Mai 2020 , Rédigé par Floria

Nous sommes enfin partis nous promenez dans un parc avec mon fils ! Youpi !

Je dois admettre que j'ai parfois du mal à faire la comparaison entre ce qui nous arrivent et la seconde guerre mondiale car, soyons honnêtes, ce qui nous intéresse en réalité c'est de pouvoir raconter l’apocalypse made in 2020 que nous avons vécus à nos petits enfants afin de se vanter !

Car nos honorables ancêtres nous faisaient déjà bien assez chier avec la seconde guerre mondiale. Ça pouvait être passionnant par moment, mais dés que ces derniers nous rappelaient ô combien nous avions de la chance de ne pas avoir qu'une orange à Noel et de pouvoir manger à notre guise, cela nous faisait un peu chier. 

Dans quelques années, nous pourrons donc dire que nous n'avions plus de papier toilette durant la guerre du corona ! C'est moins classe, mais on aura au moins de quoi se plaindre. 

Apocalypse Now !

Pour en revenir à la vraie vie, qui est tout de même le titre de cet article, je dois bien avouer que cette crise sanitaire m'aura au mois permis de prendre le temps de vivre avec mon fils sans contraintes horaires, même si le stress était tout de même là de temps à autres les soirs compte tenu de la situation anxiogène dans laquelle nous étions (merci les médias !).

Car risquer de séjourner en réa suite à une balade en ville, ce n'est pas vraiment ma destination de vacances préférée, je l'avoue.

Cependant, nous sommes tout de même retournés au parc Montjuzet afin de pouvoir respirer avec mon fils.

Je me disais que nous serions plus en sécurité là-bas qu'en faisant nos courses au sein d'une grande surface bondée. Mais que vois je ? Tout juste à l'entrée tandis que nous sautillons naïvement comme des lapins mon petit et moi alors que le chasseur nous attend à quelques pas plus loin (musique des dents de la mer en cours) ... un maque jeté au sol ! Et probablement tout plein de coronavirus ! Beurk !

Nous évitons la bête sauvage et nous nous enfonçons dans l'immense parc. 

Et qu'elle joie de voir enfin mon fils rire aux éclats ! Ce parc, je l'ai déjà fait pleins de fois, on se croirait en pleine forêt alors que nous nous trouvons à côté de la ville. 

Nous pouvons enfin savourer une balade tranquille loin du vacarme des voitures, et ça nous a fait un bien fou ! 

Cependant, des jeux pour enfants faisaient les yeux doux à mon fils alors qu'il nous était fortement déconseillés de les utiliser. Temps pis, il y a pleins d'autres choses à faire de toutes façon. 

Car ce parc est un véritable labyrinthe et je m'y suis déjà perdue plusieurs fois, mais voir mon fils courir et s'amuser, ça vaut tout l'or du monde ! Même si ce dernier en a eu un peu marre à un moment de marcher.

Car lorsque je commence, je ne m'arrête que rarement ! Je remercie d’ailleurs un de mes cousins pour m'avoir enseigné l'endurance sportive, même si je suis loin d'être bonne en sport.

Le forêt au milieu de la ville

En définitive, ce petit moment de détente dans la nature aura été une véritable bouffée oxygène. C'est ça finalement la vraie vie : passer du temps dans la nature avec mon fils, même si j'ai parfois l'impression d'être surveillée par Big Brother.

En effet, le maire de notre commune à averti sa population : "à la moindre bêtise, ce sera punition automatique pour tous ! Plus de parc ! Vous êtes prévenus !"

Snif ... 

 

Lire la suite