Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Floria

Mes journées à la con que je n'aime pas.

16 Avril 2019 , Rédigé par Floria

Souvent mes journées se passent relativement bien, surtout lorsque c'est mon cher et tendre qui emmène mini-nous le matin chez la nounou. Bon j'avoue ça partait des fois en couille malgré sa bonne volonté, car peu de temps après la naissance de notre Dieu il lui arrivait souvent parfois de me demander si il devait lui enfiler un maillot à manches courtes alors qu'il faisait - 10 dehors, ou bien si un pull en laine mohair pouvait convenir à Alix un 16 juillet.

Mais après un ou deux coup de marteaux géants dans la tronche, il a fini par se démerder tout seul comme un grand et j'ai pu pioncer un peu plus qu'à l'accoutumée.

Après je me lève à mon tour, j'embrasse mon fils, parfois j'aide mon compagnon et je me sauve en direction du travail.

Une fois arrivée là-bas, je trouve une place gratuite rapidement. Je prépare mon poste puis, quelques minutes plus tard, la factrice arrive afin de me déposer le courrier à trier et à distribuer le matin.

Je me retrouve à devoir gérer une ou deux caisses remplies d'enveloppes et la journée se passe relativement bien. Le soir, après avoir terminé mon travail, je récupère la chaire de ma chaire chez la nounou. 

Ensemble nous faisons le point sur sa journée puis je rentre à la maison avec Alix qui est d'excellente humeur. Bon la suite est prévisible : je lui donne le bain, lui fais à manger puis le couche. 

Mon compagnon arrive peu de temps après, nous passons du temps ensemble puisque le rejeton c'est endormi rapidement et je pars ensuite me coucher.

Ça c'est une journée que je qualifierai de "cool", ou tout se passe bien. Cependant, et loin d'avoir envie de me plaindre auprès de vous (j'ai mon copain qui est là pour ça, ou mon frangin, au choix), il m'arrive de temps en temps d'avoir des journées à la cons chargées qui me donne envie de foutre le feux tout partout.

Ces journées commencent généralement lorsque mon copain est déjà parti au travail, ses horaires n'étant jamais les mêmes (il est télé-conseillé) et que je me retrouve donc seule à devoir réveiller Alix, qui est exceptionnellement d'humeur maussade, à le vêtir, le nourrir puis à l’emmener chez la nounou.

Bon, je t'avoue que ça ne me dérange aucunement de prendre le relais, chacun son tour la corvée du matin. Mais là je te parle d'une journée à la con ou mon chéri prend tôt et fini tard. Parfois ça se passe bien, mais des fois ça part en vrille. Je vais donc te parler d'une journée que l'on a tous ou moins vécu dans notre vie. Pas pour me plaindre, comme évoqué plus haut, mais juste pour me marrer (parce qu'il vaut mieux en rire qu'en pleurer, toussa).

Bon ou en étions nous ? Ha oui ! Une fois Dieu déposé chez sa nourrice (Alix quoi), je me retrouve à rouler derrière le camion des éboueurs qui passait justement par là totalement par hasard au moment ou les routes sont encombrées et la circulation ralentie (bref, il est 8 heures). 

Après avoir balancé une bombe aux importuns, j'arrive enfin devant mon lieu de travail et je tourne en rond pendant 20 minutes à la recherche de la perle rare : une place gratuite ! Car oui, le maire de mon patelin à trouvé l'idée judicieuse de mettre toutes les places plus ou moins à proximité du centre ville payantes afin d'éviter aux méchantes voitures ventouses de les squatter, ce héros ! Du coup je me décide à me garer à une place payante, rares elles aussi, et je cours en direction de mon bureau. 

Là bas, je retrouve ma factrice préférée qui m'attend devant la porte. Je me confond donc en excuses, et non rancunière, cette dernière me refile 7 caisses de courriers à trier.

Bon, on est lundi, du coup le nombre ne m'étonne guère et je me met vite au travail. Je trie le tout en 2 heures car il y a environ 1 500 lettres (recommandés et colis non compris) à ouvrir, compter et trier.

Une fois ce travail terminé, je dois monter dans une salle à l'étage afin d'ouvrir et de trier le courrier du service "Santé". Et c'est à ce moment-là que la factrice pointe le bout de son nez afin de m'annoncer qu'elle a oublié une caisse pleine de courrier à mon intention. Après lui avoir filé un coup de marteau qui l’envoie sur orbite, je me dépêche de terminer ce travail et de monter dans la dite salle (ouai, je sais, je suis vache avec les différents protagonistes de cette histoire, mais je raconte ce que je veux !).

Une fois enfin arrivée à l'étage, je me retrouve à ouvrir, identifier et trier le courrier qui est bien souvent à envoyé à un centre de numérisation, Internet étant moins polluant (ha ...).

Exceptionnellement, je n'arrive pas à terminer de tout trier car certains centres hospitaliers s'amusent à nous faire parvenir leurs avis de sommes à payer enveloppe par enveloppe. En gros, au lieu d'envoyer leurs  260 factures dans une grande enveloppe, ces coquins préfèrent les petites enveloppes chiantes à ouvrir.

Bref, je préviens mon sup que je laisse du reluqua pour le lendemain car je n'ai eu que 10 minutes de temps de pause pour bouffer. Et puis j'aimerai avancer sur le travail qui m'attend en deuxième partie de journée. 

L'après midi, j'envoie le courrier à l'aide d'une machine à affranchir qui bug sans arrêt (probablement à cause des nombreux coups que je lui ai portés lorsqu'elle m’annonçait pour la vingtième fois qu'une enveloppe de 0.00006 millimètre ne passait pas). 

A la fin de la journée, je ramasse mes 50 PV accrochés un peu partout à ma voiture puis je pars récupérer mon fils chez la nounou. Malgré les nombreux embouteillages, j'arrive avec seulement 40 minutes de retard et je retrouve ce dernier toujours d'humeur maussade (probablement les dents).

Nous rentrons à la maison et le petit coquin refuse de se laver et de manger car il n'est pas content. Fatiguée après avoir lutté pendant de longues minutes afin de lui faire au moins avaler une carotte, je le couche exceptionnellement à 19H30 (d'habitude c'est 20H30) et mon mini-moi décide que non, il ne veut pas dormir non plus.

Je le berce, lui raconte des histoires niaises aux possibles sur des nounours qui dorment EUX, je lui fais des câlins et lui prend sa température afin de vérifier qu'il ne soit pas malade (tout va bien de ce côté là).

Mais malgré tout mes efforts, mon mini-moi refuse toujours de plonger dans les bras de Morphée et me le fait comprendre en hurlant pleurant. C'est à ce moment précis qu'un sauveur nommé "papa" rapplique à 21 heures et fait un câlin magique au petit monstre qui s'endort enfin ! Tout est bien qui fini bien ! Sauf à 2 heures du matins ou je me lèves afin de me diriger vers les toilettes malgré la fatigue car des tisanes "Bonne Nuit" me donne envie de pisser ! Les vilaines ! 

Voilà une journée que je qualifierai "pourrie". Mais bon je suis parfaitement consciente qu'il existe des femmes seules qui élèvent leurs 12 enfants ainsi que des petits Africains qui meurs de faims. Cependant, ça fait du bien de râler sur ce blog, sinon à quoi servirait-il ? Je vous laisse 2 heures pour répondre à cette question.

FIN ! Merci de m'avoir lue ! 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article